Si vous ne visualisez pas correctement cette newsletter, cliquez ici pour consulter la version en ligne.
Grande Loge De France
Grande Loge De France

Newsletter GLDF n° 58 - janvier 2016

CONFÉRENCES PUBLIQUES À PARIS

> Conférence Condorcet-Brossolette

Samedi 16 janvier 2016, à 14 h 30, à Paris (17e
« La franc-maçonnerie : une spiritualité pour aujourd'hui » 
Par Christophe Bourseiller, journaliste et écrivain

Hôtel de la Grande Loge de France/Temple Pierre Brossolette - 8, rue Puteaux - 75017 Paris

Entrée libre et gratuite

> Conférence Enjeux et Perspectives

Samedi 5 mars, à 14 h 30, à Paris (17e
« Dieu et la science » 
Par Jacques Arnould, chercheur, théologien et ingénieur au CNES (Centre national d'études spatiales)

Hôtel de la Grande Loge de France/Temple Pierre Brossolette - 8, rue Puteaux - 75017 Paris

Entrée libre et gratuite

> Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l'humanité

Samedi 30 janvier 2016, à 14h30, à Paris (17e)
« Génocides - Devoir de mémoire - Les chemins de la Transmission »
Conférence publique à l’initiative de la loge Tort-Nouguès Concordia, n°1426, à l’Orient de Paris.

Avec la participation de Philippe Charuel, Grand Maître de la Grande Loge de France

Interventions de :
Alexis Govciyan, président « Europe Mémoire »
Valérie Toranian, rédactrice en chef de la Revue des Deux Mondes, auteure du livre L'Étrangère
Hélène Dumas, chargée de recherches au CNRS, auteure du livre Le Génocide au village
Alban Perrin, coordinateur de la formation au Mémorial de la Shoah
Cécile Chabaud, professeur au collège Guillaume Apollinaire, travail de classe de 3e exposition « Mémoires transmises »
M.C. Mention-Schaar, réalisatrice du film Les Héritiers 

Hôtel de la Grande Loge de France/Temple Pierre Brossolette - 8, rue Puteaux - 75017 Paris

Entrée libre et gratuite

Attention : nombre de places limité - Réservation obligatoire / infos sur : conference.tnc@gmail.com

CONFÉRENCES PUBLIQUES EN PROVINCE

> Conférences du Grand Maître Philippe Charuel

Samedi 16 janvier 2016, à 17 heures, à Colmar (68)
« La Grande Loge de France : une invitation dynamique pour notre avenir » 

Conférence publique à l’initiative de la loge Barthodi, n°802, à l’Orient de Colmar

Koïfhus - place de l'ancienne douane - 68000 Colmar

Entrée libre et gratuite

 

Jeudi 21 janvier 2016, à 18 heures, à Nevers (58)
« La Grande Loge de France, un pari vers l’avenir »

Conférence publique à l’initiative de la loge Les Amis du Travail, n°389, à l’Orient de Nevers

Salle Pierre Bérégovoy - Palais Ducal - 1, place de l’hôtel de ville - 58000 Nevers

Entrée libre et gratuite

> Jeudi 21 janvier 2016, à 20 heures, Lyon/Villeurbanne (69)

« L'avenir des chrétiens d'Orient »
Par Monseigneur Emmanuel Payen, recteur de la Primatiale Saint Jean et chargé de mission auprès de l'archevêque de Lyon, Monseigneur Barbarin

Conférence publique à l’initiative du Cercle Culturel Franklin

Grand Temple de la Grande Loge de France - 76, Cours Tolstoï - 69 100 Villeurbanne

TRÉSOR DU MAB

> Firing glass

Verre canon gravé et doré, XIXe siècle (Inv. Ave.014.2065),
issu des collections du Musée-Archives-Bibliothèques de la Grande Loge de France
Orné de différents symboles maçonniques, ce verre à fond épais était utilisé pour porter les « santés » lors des banquets rituels. Commandées et ordonnées par le Vénérable Maître, ces « santés d’obligation » donnaient lieu à un rituel empruntant ses expressions au vocabulaire militaire. À chaque santé, le Vénérable Maître ordonnait ainsi de charger les canons avec de la poudre (forte, faible ou fulminante) ; il annonçait la santé qui serait tirée et commandait l’exercice : « La main droite aux armes »,  « En joue », « Feu ! ». Le verre était ensuite reposé bruyamment sur la table, d’où la nécessité qu’il soit solide.

ÉMISSION RADIOPHONIQUE

> « Divers aspects de la pensée contemporaine » sur France Culture, de 9 h 42 à 10 h 00

Dimanche 17 janvier 2016, Jean-Michel Dardour et Perry Wiley recevront Christophe Bourseiller, journaliste et écrivain. Ils reviendront, entre autres, sur la conférence Condorcet-Brossolette donnée la veille à la Grande Loge de France, par Christophe Bourseiller, sur le thème : "La franc-maçonnerie : une spiritualité pour aujourd’hui ».
En attendant, vous pouvez réécouter les émissions précédentes sur www.gldf.org ou les podcaster sur www.franceculture.fr

POINTS DE VUE INITIATIQUES

> Les langages de l’initiation : corps et gestes - n°178

Ce numéro inaugure une série de trois consacrés aux langages de l’initiation. Ces langages, qui sont à la fois ceux de l’intériorisation et de la transmission, seront évoqués sous les aspects suivants : le corps et les gestes, la parole, la musique.
La franc-maçonnerie offre cette singularité de se soucier du corps initié tout autant que de la pensée initiatique. Élaborée de façon empirique depuis plus de trois siècles, la méthode maçonnique se prête sans démériter à une relecture par les sciences humaines contemporaines. Plusieurs auteurs de ce numéro se réfèrent à une semblable analyse, sans ouvrir les débats séculaires des rapports entre la pensée et le corps…
L’initiation maçonnique ne peut être une « initiation textuelle ». Elle s’enracine sur un vécu singulier dont témoigne ce numéro. Un numéro paradoxal qui utilise l’écrit pour en dévoiler les insuffisances, reprenant la critique de Marcel Jousse : « Au lieu de rétrécir notre champ d’observation sur la lettre morte des textes, nous avons apporté une méthodologie qui est… la prise de conscience d’un outil vivant : le geste humain. » (L’Anthropologie du geste, Gallimard, 2008)
S’abonner à PVI ou acheter d’anciens numéros : cliquez ici

POÉSIE

> L'école Arago

Il est une école communale
Qui porte le beau nom d'Arago.
Année quarante-huit, automnal
Est le mois des lettres et mots.

Marronniers qui laissez vos fruits
Et vos feuilles joncher le boulevard,
Le ciel qui a pour habit,
Un lourd manteau gris bizarre,

Vous avez poussé un enfant
Dans une bien austère bâtisse;
Ce jouvenceau, dès cet instant,
Va évoluer, sans trop de vice.

De grands couloirs, cet escalier,
Ce banc support de mon labeur,
Le pupitre, d’où est enseigné
Ce qui doit être les vraies valeurs...

Odeurs de bois encaustiqués,
De craies que nous sacrifierons,
Sentant le pin, est le plancher,
L'encre est subtile, neufs les cartons.

Duo d'odorat et de goût
Voulant m'imprégner goulûment
L'allai découvrir, grâce à vous,
Du savoir, quelques rudiments.

Lors d'un rude hiver engourdi
Fortes clameurs dans le préau,
Cela, je l'avais ressenti
Comme allégresse dans un chaos.

J’y ai vécu plein d'émotions,
Lait, margarine, distribués
En d'inégales vocations
Gastronomiques débridées,

Fin mars, les platanes reverdis,
De la cour de récréation,
Dont certains servent, sans répit
De « Piquet » pour les troublions

Que de distances ai-je parcourues
Autour de deux beaux spécimens!
Purgeant des paroles superflues…
Qu’oreille de Maître rendait vaines !

Des giboulées peignaient le ciel,
De sombres nuages s'attardaient,
Les compliments circonstanciels
Le disputaient à l'imparfait.

Derrière les vitres et plafonds hauts,
Frontières sereines à nos émois,
Nous apprenions Victor Hugo,
L'A.O.F. et le ver à soie.

En fin de mois, le directeur,
Cérémonieux et imposant
Faisait l'éloge et le censeur
Des biens notés et fainéants.

La fête des Mères était passée,
Le mois de juin voyait venir
L'anniversaire tant souhaité,
Courtes culottes, sandales de cuir.

Les livres avaient été rendus.
Nettoyés bancs et encriers,
La discipline détendue,
Les parties d'osselets acharnées.

Quatorze juillet, remise des prix,
Belles échéances républicaines,
Récompensaient, petits génies
Qui feraient de la bonne graine.

C'est là qu'un Maître, à l'ancienne,
La règle prompte sur les têtes,
Un peu distraites ou bohémiennes,
Faisait connaître les épithètes.

Ses attributs ?, de la morale
Apprentissage de la rigueur.
A cette époque, c'était banal,
Mais c'était tout à son honneur.

Un peu radical sur les bords,
Peut-être était-il franc-maçon ?
Il fit de nous des hommes forts
Qui ont retenu ses leçons.

Il est « Là-haut », Maître d'école
Qui m'a appris les droites lignes,
Avec de vraies fortes paroles,
Pour savoir lire aussi les signes,

Qu'une certaine soirée, capitale
Mêlant Socrate et Arago
J'allai devoir, c'était fatal
Réétudier Lettres et Mots...

Claude Picoche
Juin 1995

© Tous droits réservés GRANDE LOGE DE FRANCE - 8 RUE PUTEAUX - 75017 PARIS
https://www.gldf.org/
   
Pour vous désabonner, cliquez ici