Grande loge de france
Une démarche de tradition au cœur des enjeux contemporains
Menu

Photos

Bijou maçonnique de Ponton

Métal, assemblage sous verre, fin du XVIIIe ou début du XIXe siècle - Inv. MB.18.3086

 

Ce bijou vient compléter un ensemble d’objets dits « travail de ponton » ou « travail de bagnard » qui font partie de la collection du MAB. Il s’agit d’œuvres de prisonniers napoléoniens réalisées sur les pontons, des bateaux prisons anglais.

La pièce est constituée d’une plaque rayonnante en laiton finement ciselée dont le centre présente un riche décor de tableau de loge miniature. Au centre de la composition se trouve un soleil anthropomorphe rayonnant sur les trois lumières: le Volume de la loi sacrée, le Compas et l’Equerre. Dans la partie supérieure figure l’œil entouré d’outils divers: la règle à 24 divisions, la truelle, les 3 piliers : Sagesse, Force et Beauté, le fil à plomb, un miroir, le delta et un possible groupe de grenades. Cet ensemble se complète de deux figures sphériques: La Sphère Terrestre au sommet de la colonne J, la sphère céleste au sommet de la colonne B. Le temple est l’image de l’univers. Dans la partie inférieure de la composition figurent l’équerre, le cercueil et un sablier. Symboliquement le cercueil d’Hiram est lié au passage de la vie à la mort, et à la renaissance initiatique. Cette image peut tout autant faire référence au voyage initiatique d’un frère.

 

Ces objets de Ponton, réalisés à partir de matériaux de fortune, étaient vendus afin d’améliorer le quotidien des prisonniers. Dans les objets produits par ces « prisonniers-artisans » nous trouvons principalement des maquettes de bateaux, des plateaux décorés avec des brins de paille, des rouets en ivoire, des tabatières, ou encore des dominos, des échiquiers. Ils témoignent un style d’artisanat élaboré dans un environnement carcéral, rude et précaire et d’un contexte tout aussi confraternel et humaniste. L’iconographie du temple et les symboles maçonniques nous parlent de frères emprisonnés.

 

 

Colloque National pour une Nouvelle Alliance : Homme - Nature

Ce colloque transdisciplinaire veut inaugurer une prise de conscience générale pour édifier un nouvel humanisme fondé sur des valeurs qui rétabliront des rapports harmonieux entre l’homme et le vivant, respectueux de leurs droits. La pensée d’une nouvelle alliance.

Médaille de Henri Brisson

Bronze, 1908

(Inv. OMi.002.794)

Diplôme de maître attribué à Jean-Pierre Albene, Loge La Française Saint-Joseph des Arts, O. de Toulouse

Eau-forte, manuscrit sur parchemin, 1789 (Inv. PDoc.012.2005)

La loge Saint-Joseph des Arts fut fondée en 1744. Le livre d’architecture de la « Loge de Saint-Jean » de Toulouse relate la fusion en 1745 des loges Saint Joseph des Arts et La Française. Il semblerait que vers 1768, pour des raisons inconnues, la franc-maçonnerie toulousaine subit une éclipse ; les loges disparurent et se reconstituèrent dans les années 1770 à 1789. Ce qui pourrait expliquer l’installation en 1779 de la loge La Française de Saint-Joseph des Arts, encore connue de nos jours sous le titre de La Française des Arts (GO). Cette loge témoigne de la démocratisation de l’ordre au XVIIe siècle, car elle était presqu’exclusivement composée d’artisans d’art et d’artistes, comme Bernard Dupuy, maître de musique à Cahors.

Conférence publique Condorcet-Brossolette du 13 octobre 2018

Conférence publique Condorcet-Brossolette du 13 octobre 2018 avec Jean-Laurent Turbet sur le thème « Il était une fois ... La franc-maçonnerie » 

Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 Suivant

/ LA DERNIÈRE VIDÈO MISE EN LIGNE

Les Rencontres Enjeux et perspectives avec Ghaleb BENCHEIKH N°1

/ L’ACTUALITÉ ET AGENDA

18.04.19 CONFÉRENCE PUBLIQUE AVEC PHILIPPE CHARUEL LE 18 AVRIL A 18H30 - COUTANCES

16.04.19 CONFÉRENCE PUBLIQUE AVEC PIERRE-MARIE ADAM LE 16 AVRIL A 19H00 - MARTINIQUE

13.04.19 CONFÉRENCE PUBLIQUE CONDORCET BROSSOLETTE AVEC ALAIN GRAESEL LE 13 AVRIL A 14H30 - PARIS

voir toutes les actus +